Adriano Emperado

Adriano Emperado est né le 16 juin 1926 à Honolulu et décède le 4 avril 2009 à l’âge de 82 ans, il est le principal fondateur du kajukenbo.

Adriano Emperado a eu une enfance dure à Honolulu. Son entraînement initial d’arts martiaux fut l’escrima, qui plus tard a influencé des aspects de son kajukenbo. Ensuite, Emperado s’est intéressé au kenpo et a obtenu la ceinture noire de cinquième degré sous la direction de William K. S. Chow.

En 1947, cinq artistes martiaux se faisant appelé la Société de la Ceinture Noire (Black Belt Society), se rassemblèrent dans un quartier de Honolulu connu comme la Cité de Palama (Palama Settlement). Leur but était d’élaborer le système suprême d’autodéfense. Ceux-ci étaient Peter Y. Choo (tangsudo – karatê coréen), Frank Ordonez (jiu-jitsu), Joseph Holck (judô), Adriano Emperado (kenpo et escrima) et Clarence Chang (wushu de Shaolin – « la boxe chinoise »). Après deux ans, les cinq maîtres martiaux créèrent un système très efficace en combats de rue. Ce système fut baptisé « kajukenbo », d’après les premières syllabes des quatre styles grâce auxquels il a été établi. Dès lors, le kajukenbo a acquis une réputation comme « l’art perfectionné de combat sale dans la rue », comme un membre a dit.

La première école du kajukenbo a été ouverte à la Cité de Palama, et dirigée par Emperado et par son frère, Joe. Pour être invincibles dans des rues, les étudiants recevaient un entraînement réaliste et brutal, et combattaient avec un plein contact. Plusieurs contusions étaient un événement quotidien, et le nombre d’étudiants à l’école bientôt diminué à quelques hommes loyaux. Sont issu de l’école d’Emperado plusieurs instructeurs qui auront du succès et influeront dans la communauté internationale des arts martiaux : Sid Asuncion, Tony Branches, Charles Gaylord, Aleju Reyes, Joe Halbuna, Al Dacas cos, etc.

En 1959, Emperado a commencé à incorporer le wushu au système de kajukenbo, déplaçant l’accent du style dur du karaté en une combinaison de techniques douces et dures. Le kajukenbo a évolué à un style ouvert à l’amélioration et disposé à n’accepter que ce qui est efficace.

Le kajukenbo moderne utilise son héritage, mais s’inquiète de sa réputation comme un art qui a été préparé à n’importe quel combat de rue. Grâce à sa vie vie orientée à la contribution aux arts martiaux, la revue américaine Black Belt Magazine (la Revue de Ceinture Noire) a nommé Adriano Emperado Instructeur de l’année 1991.